Histoire d’un tube : “Bella” de Maître Gims (2013)

Histoire d’un tube : “Bella” de Maître Gims (2013)

« Elle répondait au nom de “Bella” / Les gens du coin ne voulaient pas la cher-lâ / Elle faisait trembler tous les villages / Les gens me disaient, “Méfie-toi de cette fille-là” »… Aujourd’hui tout le monde connaît cette chanson devenue l’un des plus gros succès de Maître Gims. Mais “Bella” a failli ne jamais exister. Il faut donc remonter à 2012 pour revenir aux origines du hit estival qui a fait la renommée du rappeur. A l’époque, l’artiste est l’un des membres du groupe de rap le plus populaire du moment : Sexion D’Assaut. Les deux albums “L’école des points vitaux” et “L’apogée” se vendent en tout à plus d’1,5 million d’exemplaires, les tubes s’enchaînent (“Désolé”, “Wati By Night”, “Ma direction”, “Avant qu’elle parte”…) et les concerts se font désormais dans les plus grosses salles de France. Malgré tout cela, Gims a des envies d’indépendance, souhaitant voler de ses propres ailes. Malgré le succès qu’il obtient, c’est le doute qui lui fait hésiter à se lancer en solo. Dans une interview pour BFM TV, le rappeur se rappelle : « Je me dis “je pars, je ne sais pas ce qui va m’arriver. Est-ce que les gens vont m’accepter en tant qu’artiste solo. Est-ce qu’ils me préfèrent pas avec la Sexion ? Est-ce que je ne fais pas une erreur ?” Je me dis tout ça ! Encore une fois peur, boule au ventre… mais je dois y aller ».

Même au sein de la maison de disques, la question est épineuse pour Gims qui se souvient de « grosses réunions ». Pourtant, ce “Bella” n’est pas tombé du ciel puisque cette mélodie trotte dans la tête du chanteur depuis bon nombre d’années : « La Sexion connaissait ce titre mais il n’y avait qu’un petit refrain avec un yaourt… Il n’y avait rien de concret. C’est resté, mais je savais que j’avais quelque chose et je ne voulais pas laisser passer ça ». Gims sait qu’il tient un tube en or massif entre ses doigts. Il sait aussi que le titre ne correspond pas à l’univers du groupe. « Je ne pouvais pas imposer “Bella” à la Sexion d’Assaut. C’était trop différent de ce que l’on faisait. J’ai préféré prendre ce risque seul » commentait-il dans un documentaire qui lui était dédié sur W9 en mars 2018. Il fait alors appel au compositeur Renaud Rebillaud (Kendji Girac) : les deux façonnent ce qui deviendra le succès que l’on connaît avec ses sonorités flamenco.

“On touche la ménagère, on touche tout le monde”

Le single sort le 6 mai 2013, deux semaines avant l’album “Subliminal”. Maître Gims profite déjà du succès du précédent single “J’me tire”, numéro un des ventes durant quatre semaines mais ne sait pas ce qui l’attend avec “Bella”. Très rapidement, le titre est un carton et squatte la troisième marche du Top Singles pendant quatre semaines d’affilée. Un moment clé pour Gims : « C’est à ce moment-là que je touche la France. On n’est plus dans l’urbain. On touche la ménagère, on touche tout le monde (…) J’ai perdu une partie de mon public qui a été brutalisée, et j’en ai gagné une autre. J’ai toujours été un mélodiste, et c’est dans cette direction que je voulais aller ».

Un mois plus tard, alors que “Bella” tourne sur toutes les radios, Maître Gims s’apprête à faire de même sur tous les écrans avec le clip, tourné à Marbella, en Espagne, avec Kelly Vedovelli, que l’on voit désormais dans l’émission “Touche pas à mon poste”, dans le rôle-titre. Diffusé en boucle à la télévision, la vidéo va pleinement participer au succès du titre, même si le rappeur avoue avoir pensé à Monica Belluci à l’origine pour incarner sa Bella. Sur W9, le rappeur dévoilait que le projet, tourné durant le festival de Cannes, a été avorté à cause de l’agenda de l’actrice. Gims voulait coûte que coûte des célébrités dans sa vidéo « pour faire un effet de surprise ». Avec actuellement 415 millions de vues, il s’agit de la 6ème vidéo d’une chanson francophone la plus vue de tous les temps sur YouTube juste derrière… “Sapés comme jamais”. Quant à l’album “Subliminal”, il s’en vendra plus de 900.000 exemplaires.

“Il y a toujours une certaine nostalgie quand je la chante”

Encore aujourd’hui, Gims se dit très heureux du succès de “Bella”, qui a donné un coup de fouet significatif à sa carrière solo : « C’est un truc de fou (…) tu réalises qu’il se passe quelque chose (…) Il y a toujours une certaine nostalgie quand je chante cette chanson et même le public, quand il entend les premières notes, je sens que ça leur rappelle des souvenirs aussi. C’est un moment qu’on partage ». Depuis, le succès de Gims ne s’est jamais démenti avec 700.000 exemplaires de ses deux albums suivants “Mon coeur avait raison” puis “Ceinture noire”. La prochaine étape ? Le Stade de France le 28 septembre prochain. Il sera le premier rappeur français à remplir l’arène de Saint-Denis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*